Vision:

En 2017 et en 2018, mobilisation d’un budget pour promouvoir les femmes dans les TIC en leur offrant un portail de sensibilisation, de l’accompagnement et des formations spécifiques.

Constat :

La 4eme révolution industrielle, celle du numérique et de la transformation digitale ne peut se faire sans la moitié de la population constituée par les femmes. La transformation numérique affecte en effet tous les secteurs, elle impose de reconsidérer tout autant l’offre de formation, et également de préparer les citoyens aux nouveaux métiers. Il s’agit tout autant de se positionner dans une politique d’égalité des chances, que de permettre aux femmes de prendre part de manière égalitaire à cette nouvelle industrie et de ne pas se priver de leur force de travail (700.000 emplois créés dans les TIC d’ici 2025, OCDE).

Selon une étude de l’UE, accroître la présence des femmes dans le secteur de l’économie numérique en Europe permettrait d’augmenter de 9 milliards d’euros le PIB annuel. L’étude relève également les facteurs qui empêchent les femmes de participer pleinement à l’économie de ce secteur à savoir : les traditions culturelles, les stéréotypes sur le rôle des femmes ainsi que les barrières internes. Une attention particulière est également portée sur des facteurs socio-psychologiques, tels que le manque d’assurance, le manque d’aptitude à la négociation, l’aversion à l’égard du risque et les attitudes négatives à l’égard de la concurrence.., mais également sur les obstacles extérieurs, tels qu’un environnement fortement masculin, des difficultés à concilier vie privée et vie professionnelle et l’absence d’émulation dans le secteur.

Notons que seul 11% des startups sont créées par des femmes en Belgique, l’illettrisme numérique et digital est ainsi un fait avéré dans la population féminine. En Europe, sur un total de 1 000 femmes ayant une licence ou un autre diplôme de premier cycle, seules 29 sont titulaires d’un diplôme en technologies de l’information et des communications (TIC) (contre 95 hommes), et seules 4 travailleront dans ce secteur. Il est donc urgent de créer les conditions d’accessibilité aux métiers du web pour les femmes et de les sensibiliser à l’entreprenariat TIC.

Plan d’action :

Le plan Entrepreneuriat TIC donne cette occasion unique d’offrir aux femmes bruxelloises la possibilité d’être sensibilisées à ces nouveaux métiers mais aussi de libérer leur créativité.

· Dans le cadre du plan Nextech, la plateforme Women in Business organisera une réseau spécifique « Women in Tech » qui aura pour objectif de renforcer un écosystème de partenaires et d’entrepreneuses (rôles modèles) dans le but d’organiser des évènements, rencontres, conférences et workshop ; ainsi que de disposer d’un portail internet qui rassemblera les informations et études dédiés, mais également les agenda d’events et de workshops TIC dédiés aux femmes. L’initiative aura aussi pour but l’orientation et la sensibilisation des jeunes filles et des femmes aux métiers du web.Le volet de sensibilisation se fera en complémentarité de l’action 25 du PRI qui a pour objet de mettre en place des actions de sensibilisation et de formation des bruxellois aux filières scientifiques ainsi que l’aspect sensibilisation du plan Smart City.

La mesure « Women in Tech » est importante pour la Région de Bruxelles car cette initiative fait directement écho au Small Business Act (SBA), au travers de la Mesure 41 : Développer l’entrepreneuriat féminin. En effet, le SBA prévoit de son côté de renforcer les actions de sensibilisation afin de faire mieux connaître l’offre de services disponibles pour les femmes-entrepreneurs, de mettre à jour un baromètre de l’entreprenariat féminin ainsi que d’établir une cartographie des acteurs qui accompagnent les femmes voulant entreprendre. « Women in Tech » s’inscrit donc pleinement dans le SBA.

Aspects budgétaires :

En 2017 et en 2018, un budget estimé de 50Keur sera consacré pour sensibiliser, fédérer, assurer l’animation des partenaires et l’accompagnement des porteurs de projet dans le secteur des TIC. Ce budget sera attribué à Impulse pour inclure ces actions dans son plan d’action entrepreneuriat au féminin.

Suivi de la réussite du projet :

Le principal indicateur de suivi consistera à comptabiliser le nombre de femmes touchées par les différentes initiatives, le taux de présence médiatique, ainsi que le taux de participation et de satisfaction relatifs aux différents évènements organisés.

Exemple inspirant :

La mission de Women in Tech Stockholm est d’inspirer les femmes de talent à envisager un avenir dans le domaine de la technologie mais aussi d’éclairer les femmes déjà présentes dans cette industrie, en fournissant le réseau et l’expérience des gens qui ont réussi dans le monde de la technologie et des médias.