Vision:

En 2017, les différents acteurs publics (Bruxelles Formation, Clusters, Evoliris, Actiris,…) – ou soutenus par les pouvoirs publics (Interface3,…)- veilleront à répondre à la demande croissante de travailleurs dans le secteur des TIC (Startups, Scale-ups, Entreprises) en rendant accessible un panel de formations de courte durée aux métiers du numérique.

Constat :

Le numérique est un secteur en évolution rapide et créateur d’emplois. Il est indispensable de former les jeunes sans pré-requis académique via des méthodes innovantes et des formations courtes aux métiers du numérique.  L’offre doit être complète et variée.

Plan d’action :

Afin de répondre aux besoins des entreprises, et aux objectifs gouvernementaux d’insertion des demandeurs d’emploi sur le marché du travail, un ensemble de formations sera accessible à un large public, sans distinction académique, économique ou sociale. Les formations seront ouvertes aux publics traditionnellement éloignés du numérique, elles s’inscriront en ligne directe des trois technologies prioritaires identifiées précédemment (IoT, VR/AI, Big Data). Le financement sera envisagé au travers de l’appel à projet NextTech et s’adressera tant aux partenaires privés que publics.

Aspects budgétaires :

Un budget estimé de 100Keur annuel permettra dès 2017 d’assurer le financement de ce volet de l’appel à projets NextTech.. Pour chaque formation retenue, le comité de sélection analysera l’opportunité de demander un co-financement du programme FSE. Le programme FSE, Wallonie-Bruxelles2020.eu, propose dans ses mesures un co-financement de projet de formation ex: Mesure 2.2 : Promouvoir, valoriser, améliorer les systèmes d’enseignement et de formation.

Suivi de la réussite du projet :

Deux indicateurs de suivi permettront de s’assurer de la réussite du projet. D’une part le nombre de personnes formées, et d’autre part le nombre de diplômés ayant (re)trouvé un emploi.

Exemple inspirant :

En France, la Grande École du numérique propose d’ores et déjà 171 formations labellisées, à la suite d’un premier appel à projets. Dispensées dans 130 fabriques du numérique réparties sur l’ensemble du territoire français, ces formations courtes et qualifiantes aux métiers du numérique permettront à un large public (jeunes et personnes sans qualification ou diplôme à la recherche d’un emploi ou en reconversion professionnelle, habitants de quartiers de la politique de la ville) de se former efficacement afin de trouver du travail rapidement dans cette filière d’avenir.